THAMOURTH N'HARBIL
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 65 le Sam 16 Nov - 14:17
Statistiques
Nous avons 59 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Odefield1

Nos membres ont posté un total de 847 messages dans 425 sujets

LEMGARBA, un village à l'autre bout du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LEMGARBA, un village à l'autre bout du monde

Message par harbili. le Lun 5 Nov - 22:16

Le village « L'mekarba », dépendant administrativement de la commune Harbil (daïra de Guenzet), était considéré, durant la décennie noire, comme l'un des sommets du « triangle de la mort » (Babour, BeniAziz, Guenzet).

Ses habitants ont souffert le martyre durant la tragédie nationale, chose qui les a poussés à s'exiler à Bougaâ, Sétif, Bordj Bou Arréridj et Alger, laissant derrière eux un paradis de terres agricoles et des centaines d'hectare d'oliviers, avec l'espoir de les retrouver un jour. Cette région qui comptait des centaines d'habitants, ne recèle aujourd'hui que deux familles, qui n'ont pas trouvé d'autre refuge. En dépit du fait que le pays ait retrouvé sa sérénité, cette région, qui n'est qu'à 7 km du chef-lieu de la commune, reste toujours enclavée, totalement isolée du monde, sans routes ni transports, sans parler de prise en charge médicale, que les citoyens voient comme un luxe. Il est à préciser d'ailleurs, que les femmes accouchent à la maison, dans la pure tradition. Dans ces conditions extrêmes, la scolarité des enfants est perturbée, principalement après la transformation de l'unique établissement scolaire en garnison de la garde communale durant la décennie noire. Le manque d'écoles a fait de l'instruction le privilège des garçons. La déperdition scolaire en ces lieux oubliés, ou mis entre guillemets, c'est selon, frappe durement la gente féminine, mise à rude épreuve.

A. Benhocine
Source:EL WATAN le 25/03/2010



harbili.
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum