THAMOURTH N'HARBIL
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 65 le Sam 16 Nov - 14:17
Statistiques
Nous avons 59 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Odefield1

Nos membres ont posté un total de 847 messages dans 425 sujets

Tayeb Taklit et les 7 fusillés, 55 ans après

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tayeb Taklit et les 7 fusillés, 55 ans après

Message par Mohand le Jeu 14 Mar - 0:12

Le 4 mars 1958, le peloton du 1er escadron du 4ème Dragon, tombe dans une embuscade tendue par Abdelkader Azil, plus connu sous le sobriquet de Abdelkader El Bariki (car il est issu de Barika, w. de Batna), au lieudit Aïn Lahdjar, entre Tittest et Bougaâ. Bilan : seize soldats tués.

Un coup dur pour l’armée française qui déclenchera dès le lendemain, d’impitoyables représailles. Le 6 mars 1958, soit deux jours après l’embuscade qui fera date, Bougaâ sera soumise à la plus grande rafle que la cité ait connue dans son histoire. «Mettre la main sur les moussabeline de la ville» est l’objectif de l’armée colonial.

Pour atteindre un tel but, on utilise les gros moyens. Notamment pour mettre la main sur le cerveau de la cellule locale, Tayeb Taklit, l’ennemi numéro un des militaires français, pour lesquels tous les moyens sont bons. Ces derniers balancent à travers la bouche d’aération de la cheminée une puissante grenade qui souffle une partie de la maison des Taklit. Cette intrusion effraie les enfants et les parents de Tayeb qui se rhabille à la hâte. D’une voix ferme, il crie : «Bande de salauds ! Qu’est ce qu’ils vous ont fait les enfants ? Pourquoi vous vous en prenez à eux ? Si c’est moi que vous cherchez, je suis là, devant-vous, allez-y tirez !»

Avant de franchir fièrement la porte, les mains menottées, il demanda son bournus de laine. Cinq jours après, le 11 mars 1958, il sera fusillé, avec sept autres preux, sur le pont métallique qui relie les deux rives de l’oued Bousselam, au lieudit Bou Farroudj. Au lendemain des exécutions, les habitants de Bou Farroudj découvriront les corps criblés de balles dans l’eau glacée de l’oued. Certains, emportés par le courant, ont été repêchés à plus d’une centaine de mètres en aval du pont. Les corps des huis martyrs seront enterrés dans une fosse commune. Ils ne seront déterrés qu’au début du mois de septembre 1962. Allouani Lakhdar, Debihi Djelloul, Attoui Mohamed, Daoud Lamri, Tarchoune, Benaddad Abdelkader, Belhocine Lakhar et Taklit Tayeb, reposent depuis au carré des Martyrs du cimetière de Dar Echeurfa, témoin de l’héroïsme des meilleurs enfants de cette fertile et généreuse terre.

source: Kamel Beniaiche (ELWATAN).

Mohand
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Hakim

Message par hakim le Jeu 14 Mar - 10:57

C'est vrai, ce qui s'est passé ce jour là à ain lahdjar connu communément par LEMLZAGHCHA, et c'est là aussi que un membre de notre famille est tué par l'armée française KHALDI Cherif, le père de KHALDI Lakhdar bléssé lui aussi jusqu'à aujourdhui.
Gloire à nos martyrs
Vive l'algérie

hakim

Messages : 12
Date d'inscription : 03/04/2011
Age : 54
Localisation : KHRAICIA/ ALGER

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum