THAMOURTH N'HARBIL
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 65 le Sam 16 Nov - 14:17
Statistiques
Nous avons 59 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Odefield1

Nos membres ont posté un total de 848 messages dans 426 sujets

Bombardes et binious pour oublier les années de terreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bombardes et binious pour oublier les années de terreur

Message par BLADI le Jeu 12 Mai - 1:28

Les sons aigrelets des binious et grasseyant des
bombardes ont permis à Kordjana, hameau de la Petite
Kabylie, de renouer cet été avec un passé festif, marquant la
fin des années de terreur.

Au creux d'un col, pris en étau entre deux maquis de groupes
armés désormais affaiblis et cantonnés sur les hauteurs,
Kordjana, au nord-est de Sétif (300 km à l'est d'Alger), a
oublié lors de fêtes et de mariages dix ans de terrorisme
islamiste, en net recul depuis trois mois en Algérie.

"Cet été, c'est comme après l'indépendance (en 1962), les
gens ont été pris d'une boulimie de fêtes, pour rattrapper le
temps perdu de ces dix années de malheurs", explique
Zerrouk qui n'a jamais quitté son village même aux heures
les plus noires.

"Rien que cet été, on a eu plus de dix fêtes de mariage,
presque toutes aux sons des "ghaïtas" (bombardes) et des
"t'bels" (tambours), interdits ces dernières années par les
islamistes", renchérit Layachi qui a retrouvé sa maison après
six ans "d'exil" à Sétif.

Dans ce village, trois mariages ont été célébrés en même
temps. Dans une cacophonie bon enfant, les joueurs de
binious essayaient en vain de couvrir le son guttural des
bombardes du mariage voisin.

Les "cheikhs" (sages du village), souriants et détendus,
suivaient de loin les festivités, n'osant s'approcher de ses
jeux profanes, mais acceptant gâteaux et café offerts de tous
côtés.

Même les intégristes, anciens militants du Front islamique
du salut dissous), se sont assagis, observant en coin ces
entorses à l'éthique islamiste.

"On nous a interdit la musique, les jeux de dominos et de
cartes, les seules distractions au village, et la télévision",
lance Mokhtar, l'organisateur d'une des fêtes.

Les groupes armés, qui avaient régné en maîtres pendant
plusieurs années sur la région, avaient également interdit le
tabac et détruit toutes les télévisions et les paraboles des
hameaux du secteur(Kordjana ,ouled rezzoug,lemchata...)

Ils avaient même condamné à la flagellation des
contrevenants qui ont subi la "falaka" (coups de trique sur la
plante des pieds) en public.

"Ici, ces groupes n'ont jamais investi de force un domicile,
enlevé une femme ou commis des massacres comme dans
d'autres régions", précise Achour, un "patriote" (civil armé),
fusil en bandoulière.

"Mais, ils nous ont imposé leur diktat, un Islam aux moeurs
bizarres, inconnu chez nous et c'est pour cela que nous
avons pris les armes. On a réussi à les chasser", affirme-t-il,
caressant la crosse de son arme.

Depuis le début des violences en 1992, le village a
enregistré deux victimes. Le malheureux Laïd, un homme un
peu simplet, et Ramdane, un patriote tué lors d'un
accrochage, pendant un ramadan (mois de jeûne
musulman), selon les habitants.

"Je me souviens du jour où ils ont pris Laïd", raconte Nacer,
un invité qui a fui le village depuis cet événement en 1998.
"Ils étaient trois. Ils ont ligoté le pauvre Laïd et l'ont traîné vers
les maquis, devant le village impuissant.

J'ai encore dans les oreilles ses cris et ses supplications
s'estompant peu à peu à mesure que le groupe s'éloignait.
On ne l'a plus jamais revu", se rappelle-t-il avec tristesse.
Nacer ajoute qu'il va peut-être revenir au village, maintenant
que la vie a repris.

"Je me rends compte qu'il n'y a rien de plus précieux que la
vie et la liberté", résume-t-il, en criant pour couvrir le son des
bombardes.
MOH

BLADI
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum