THAMOURTH N'HARBIL
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 65 le Sam 16 Nov - 14:17
Statistiques
Nous avons 59 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Odefield1

Nos membres ont posté un total de 847 messages dans 425 sujets

La tradition de « Weziâa-Louziâa » ou « Bagret El Arch » à Sétif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La tradition de « Weziâa-Louziâa » ou « Bagret El Arch » à Sétif

Message par morad le Jeu 19 Mai - 22:44

La faiblesse pécuniaire et les moyens matériels rudimentaires, limitaient d’une manière drastique les potentialités d’aisance des habitants des régions éloignées de la wilaya de Sétif. Pour endiguer ce fâcheux manque on multipliait des actions d’associations et de solidarité. Ce qui permettait ainsi de réaliser collectivement tout ce qui relève de l’impossibilité individuelle.

« Weziâa » ou « Bagret EL Arch » est une des actions collectives qui se pratiquait depuis les temps à Sétif, pour consolider la cohésion de la population et atténuer les problèmes de viande qui se posaient, surtout pour les personnes exposés aux aléas économiques.

Au delà de son aspect de solidarité et de partage de viande qui sera élucider plus loin, elle délimite précisément la communauté et détermine les groupes qui y vivent, leurs confèrent un esprit d’appartenance, leurs dicte des règles de vie collective et leurs fixe des repères identitaires.

« Weziâa » ou « Bagret EL Arch », cette institution morale et économique, fortement ritualisée, se faisait souvent devant le sanctuaire de l’ancêtre fondateur du village, à proximité d’un lieu saint ou dénommé comme tel. Elle est organisée sous la responsabilité de la gestion sociale en présence de tous les habitants du lieu.

A cette occasion , les bêtes sacrifiées sont des brebis ou des bœufs. Le partage de la viande se faisait selon les règles propres à la localité en répartissant des portions égales, selon les membres qui constituent la famille. Un ensemble de petits objets personnels ou de bâtonnets reconnaissables par leurs propriétaires sont ramassés et disposés un par un sur chaque lot. Les absents reçoivent leur part, ainsi que les veuves demeurant à leurs maisons, si elles le désirent, et les malades également.

Cette valeur culturelle ancrée dans nos coutumes retient de multiples impacts sur le groupe , se voit reprendre de sa vigueur ces derniers temps. C’est Ainsi d’ailleurs que « Weziâa » ou « Bagret EL Arch » sans sa force d’antan subsiste dans certaines localités de Sétif et renaît dans d’autres suite à la flambée du prix de détail de la viande à l’étalage.


jeudi 19 mai 2011 | Khalil.Hedna@setif.info
avatar
morad

Messages : 336
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 52
Localisation : FRANCE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RITES ET TRADITIONS:LOUZIÂA

Message par morad le Ven 20 Mai - 0:08

Ce jour là, jeunes et vieux se sont rassemblés sur la prairie ou la placette située au milieu du village et ont immolé des bœufs achetés par le comité du village (Thajemaath) avec l'argent versé par chaque chef de famille en guise de contribution. L'événement est important aux yeux de tous d'autant plus que la dernière manifestation de ce genre remonte très loin. Donc, les jeunes de moins de 20 ans ne savent vraiment pas ce que c'est ; il la découvre pour la première fois.


Tous les habitants du village savaient que ce jour serait un jour de fête par conséquent, de bonne heure, ils se sont rassemblés sur la placette tant pour contribuer activement aux travaux de préparation que pour contempler les gestes et mouvements de chacun et exprimer leur joie.

Très tôt le matin, la foule ne cessait de s'amplifier ; les hommes chargés d'immoler les bœufs ont ramenés ces derniers attachés par des cordes pour donner l'occasion à l'assistance de les contempler pour la dernière fois.



Pendant qu'ils s'attelaient à les immoler puis à séparer leurs peaux de la viande et couper cette dernière en morceaux, les vieux et les jeunes se racontaient de vieilles histoires ayant ou non une relation avec la manifestation.

Après que la viande ait été coupée en morceaux, elle est répartie en parts égales de sorte à ce que chaque famille en reçoive une. La viande est déposée sur un tapis de branches d'un arbuste appelé ici « Thilouguith » dont les propriétés médicinales sont connues de tous et très répandu dans la région.

Une fois toutes les parts prêtes, entourées de tous les participants, l'Imam du village lit la « Fatiha », sourate du Saint Coran, avant que le responsable principal de Thajmaath appelle les bénéficiaires et les invite à prendre chacun la part qui lui revient.

Après épuisement des parts de viande, il ne reste qu'à se séparer en se donnant rendez-vous pour la prochaine occasion ; car louziaa n'est pas une manifestation reliée à un événement précis ou à un jour de l'année préalablement défini. Elle peut avoir lieu à d'autres occasions telles que Laid Améziane (fête religieuse qui suit immédiatement le mois du Ramadhan – le jeûne), au lancement des travaux de construction d'une mosquée ou de la fin des travaux de cette dernière, etc.

A préciser que les têtes des bœufs immolés ont été mises à prix aux enchères et l'argent récupéré a servi à acheter de la viande chez un boucher pour l'ajouter à celle de Louziaa si elle n'est pas sufisante. Ces enchères sont l'occasion pour tous de rigoler un peu et de se faire des souvenirs inoubliables.


Ainsi, Louziaa est d'un apport appréciable en matière de renforcement de liens entre les membres de la communauté et de l'ancrage de l'esprit de solidarité. Aux yeux des gens du village, ce n'est pas tant la part de viande qui est importante mais la joie de se retrouver tous ensemble. A cette occasion , beaucoup de personnes vivant hors du village ont été rencontrés ; certains d'entre elles ne sont pas revenus depuis longtemps ; d'ailleurs,certains vivant en France,ou dans des grandes villes sont venu spécialement y assister.

A noter que Thajemaath est le comité composé de notables du village, dûment mandatés pour gérer les affaires communes telles que louziaa, la construction et l'entretien de la mosquée, la réfection des fontaines,des ruelles et accès au village,nettoyage des cimetières, la distribution de l'aide aux familles nécessiteuses,.. etc. Les notables qui le composent veillent à la stabilité au sein de la communauté villageoise et participent à la résolution de conflits qui peuvent surgir de temps à autres.
Jadis Louziâa était l'occasion pour les villageois de se rassembler et de manifester leur joie, de se raconter des histoires et de faire remonter à la surface les anciennes traditions et rites qui tendent à se faire oublier à cause du mode de vie actuel.
PS:A quand remonte la dernière louziâa à TITTEST? celle que j'ai assisté remonter a des années et s'est tenue à côté du dispensaire,eh oui le bon vieux temps.
[img][/img]
avatar
morad

Messages : 336
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 52
Localisation : FRANCE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum